2 bracelets tibétains achetés = le 3ème offert
Quels sont les grands textes du bouddhisme tibétain ?

Quels sont les grands textes du bouddhisme tibétain ?

de lecture

La tradition littéraire du bouddhisme tibétain est vaste. Elle comprend une variété d'écritures bouddhistes anciennes, de sūtras Mahāyāna, de textes tantriques, de guides, de pratiques, de rituels, d'autobiographies (sacrées) et de commentaires.

Entre le VIIIe et le XIVe siècle, les érudits tibétains ont traduit en tibétain un éventail exceptionnel de textes de bouddhistes indiens. Cette accumulation s'est avérée dangereuse, car au 12e siècle, de nombreux textes bouddhistes ont été perdus lorsque les armées d'invasion ont détruit les temples bouddhistes et les universités monastiques en Inde. En fait, de nombreux ouvrages bouddhistes du Mahayana qui étaient à l'origine en sanskrit ne survivent que dans des traductions tibétaines.

textes bouddhisme tibetain


Les ouvrages les plus importants sont sans doute les textes scripturaires bouddhistes appelés Kangyur ainsi que les commentaires et traités connus sous le nom collectif de Tengyur. Le Kangyur ("Parole traduite") se compose de 1 200 textes attribués au Bouddha lui-même, la quasi-totalité des textes originaux étant rédigés en sanskrit. Le Tengyur ("Traités traduits"), comprend plus de 3 500 commentaires et traités de maîtres bouddhistes et là encore, la grande majorité des textes originaux ont été écrits en sanskrit.

Outre ces textes canoniques, les maîtres tibétains ont écrit d'importants commentaires sur les sūtras et les tantras, ainsi que des ouvrages décrivant les pratiques bouddhistes à l'intention des monastiques et des laïcs. Parmi les plus connus figurent les terma* attribués à Padmasambhava (Guru Rinpoché), le maître indien du 8e siècle qui a contribué à introduire le bouddhisme dans l'Himalaya. Les bouddhistes tibétains pensent que Padmasambhava a caché ces textes pour que les futurs maîtres appelés tertons* les trouvent au bon moment.

bol tibetain

Les textes sacrés du bouddhisme

Le Bardo Thodol :

Le Bardo Thodol
Le Bardo Thodol, (Livre de la libération par l'audition dans le Bardo), souvent connu sous le titre mal traduit de Livre des morts tibétain, est le texte le plus célèbre du trésor. Guide de l'expérience de la mort et de la renaissance, il a été découvert et publié par le terton Karma Lingpa (1326-1386).

La lampe pour le chemin de l'illumination :

La lampe pour le chemin de l'illumination atisha
Un autre ouvrage important est La lampe pour le chemin de l'illumination, du grand érudit indien Atisha (982-1054). C'est la source de la littérature bouddhiste tibétaine lamrim*, qui relie les différents fils de l'enseignement bouddhiste transportés au Tibet. S'appuyant sur le texte d'Atisha, le grand traité des étapes de la voie de l'illumination (Lamrin Chenmo) de l'érudit et enseignant tibétain Tsongkhapa (1357-1419) est un vaste recueil d'instructions qui présente un programme complet de transformation spirituelle afin d'accéder à l'éveil.

 

La voie du bodhisattva :

La voie du bodhisattva Shantideva
La voie du bodhisattva du maître bouddhiste indien Shantideva (685-763), traduit en tibétain au IXe siècle, est le guide qui fait autorité sur la voie du bodhisattva.

 

Les Huit stances de la transformation de la pensée et l'entraînement de l'esprit en sept points :

Les Huit stances de la transformation de la pensée de Langri Tangpa
Les Huit stances de la transformation de la pensée de Langri Tangpa (1054-1123) et L'entraînement de l'esprit en sept points de Chekawa Yeshe Dorje (1101-1175) sont deux brefs chefs-d'œuvre sur la pratique du lojong, qui consiste à entraîner l'esprit à la compassion.

 

La vie de Milarépa et les cent mille chants de Milarépa :

Tsangnyon
La vie de Milarépa et Les cent mille chants de Milarépa de Tsangnyon Heruka (1452-1507) retracent l'histoire de Milarépa (1040-1123), qui est passé de la richesse à la pauvreté, de la magie noire au meurtre et finalement à la voie bouddhiste et à l'illumination. Cet ouvrage démontre le pouvoir rédempteur du dharma.

 

bracelet tibetain

*Terma » signifie « trésor » et fait référence aux écrits et reliques bouddhistes ( ou Bön) du passé.
*Terton désigne une personne qui est un découvreur d'anciens textes cachés ou terma.
*Le Lamrim représente un manuel du bouddhisme tibétain peur accéder à l'Éveil.

Recevez nos articles dans votre boite email.